, , ,

Alise – Jules Lermina


Jules Lermina (1839-1915)

“Au moment précis où sonnaient cinq heures, un matin du mois d’avril 1825, un petit vieillard, d’apparence falote, enveloppé d’une redingote puce à collet, coiffé d’un chapeau à larges bords d’où s’échappait une maigre queue roussâtre, sortit de la rue de Valois, leva le nez en l’air pour prendre le vent, puis, …
Télécharger un extrait du livre

1.305CFA

Jules Lermina (1839-1915)

“Au moment précis où sonnaient cinq heures, un matin du mois d’avril 1825, un petit vieillard, d’apparence falote, enveloppé d’une redingote puce à collet, coiffé d’un chapeau à larges bords d’où s’échappait une maigre queue roussâtre, sortit de la rue de Valois, leva le nez en l’air pour prendre le vent, puis, à pas courts, mais hâtifs, en homme qui a besogne faite, s’engagea dans le dédale de rues qui, à cette époque, faisait de la place du Carrousel un véritable labyrinthe, puis sur le pont Royal, sans même jeter un regard sur le magnifique panorama de la Seine, estompée, sous le soleil matinal, d’un brouillard blanchâtre, et, ayant franchi le fleuve, tourna à gauche sur le quai Voltaire.

Comme il approchait de la rue de Beaune, il ralentit sa marche, se glissa le long du mur et avança la tête, regardant la rue dans toute sa longueur avant d’y pénétrer, affaire d’habitude ou d’instinct.

Tout était parfaitement calme. Avant-garde du faubourg Saint-Germain, les rues qui touchaient au quai n’étaient guère plus animées le jour que la nuit. En tout temps, ce fut un coin de province : cette rue de Beaune, qui portait au XVIIe siècle le nom de rue du Pont-Rouge, compte plus d’une maison séculaire ; on y voyait encore, il y a quelque soixante ans, une des façades de la caserne des mousquetaires, et la maison à laquelle s’adossait en ce moment notre personnage – M. David Davidot, nom banal d’un être d’apparence banale – était celle-là même où, le 30 mai 1778, était mort l’immortel Voltaire. Les fenêtres en étaient restées fermées pendant trente ans et ne s’étaient rouvertes que pour montrer le minois de la célèbre baronne de Champi, dont la beauté fit fureur au commencement du siècle.”

Alise, comme tous les matins, attend son époux, Gaston de Blairac. Que fait-il de ses nuits ? Leur voisin, M. Davidot, personnage énigmatique, la prévient de faire attention : Gaston s’adonne au jeu… Celui-ci arrive enfin, accompagné d’un personnage plutôt patibulaire… Que complotent-t-ils ensemble ?

Biographie de l’auteur :

Jules Lermina (1839-1915) entame une carrière de journaliste en 1859. Socialiste engagé, il fait plusieurs séjours en prison et obtient le soutien de Victor Hugo. Son oeuvre est particulièrement abondante et diversifiée : il écrit des romans policiers, des contes, des romans d’aventures, des dictionnaires et des travaux de vulgarisation.Les éditions Mille et une nuits ont publié La Deux fois morte (2003) et L’Abc du libertaire (2004).

Télécharger un extrait du livre

Titre

Auteur(s)

Langue

Nombre de pages

ISBN-13

Édition

Votre avis nous intéresse

Partagez votre expérience...

Seuls les clients connectés ayant déjà acheté un article peuvent laisser un avis

Ce qu'en disent les autres

Aucun commentaire. Soyez le premier.

×

Continue as a Guest

Don't have an account? Sign Up